Notre Histoire

Alexandre Japy – Les légumes en Héritage

«  On commence à l’âge de 7 ans par planter du maïs multicolore et des coloquintes parce que c’est joli, du radis de 18 jours parce que c’est plus simple que le radis National, puis des concombres, des cornichons, et on essaye la trévise parce qu’on s’enhardit. Et on finit par créer la Brouette pour faire partager son amour du légume, parce que le légume, c’est bon. La vie d’Alexandre Japy ne se résume pas toute entière à cette ellipse mais sa nouvelle aventure puise sa source dans ces souvenirs là. Fils d’un père industriel dans le textile et d’une mère au foyer, né à Paris mais avec des attaches franc-comtoises, Alexandre Japy a été élevé en Haute Normandie, à une quinzaine de kilomètres de Rouen. «  Mes parents avaient un « jardin » de 20 000 m2, le parc d’un ancien château, c’était un formidable terrain de jeu pour un enfant ». D’autant qu’à la maison, on ne rigole pas avec la nourriture. Maman cuisine sans les brusquer les récoltes du vaste potager, en suivant scrupuleusement les saisons, papa excelle dans l’art de la grande cuisine bourgeoise.

Tous ensemble, on se rend deux fois par an dans des restaurants prestigieux. Paul Haeberlin à Illhaeusern, Alain Chapel à Mionnay, Pierre Gagnaire à Saint- Etienne ou Bernard Loiseau à Saulieu, le petit Alexandre goûte très tôt à l’excellence. Mais quand il a des velléités de devenir cuisinier, à l’âge de 14 ans, on lui fait remarquer qu’il aime sortir avec ses copains et déteste la chaleur, à peu près le contraire de ce qui l’attend s’il persiste. Passionné de son, DJ à ses heures, il sera ingénieur en génie électrique, formation qu’il complètera par une école de commerce après avoir moyennement apprécié le monde de l’industrie. Il deviendra un grand spécialiste de la «  supply chain », notamment chez L’Oréal, où il travaille pendant 17 ans. Jusqu’au jour où, à 52 ans, rattrapé par son passé et sa passion, il se souvient (attention spoiler), à l’instar de Charles Foster Kane et de sa luge dans le film d’Orson Welles, «  Citizen Kane », de la petite brouette qu’il poussait sur le gravier blanc des allées du jardin à la française de ses grands-parents, au Perreux, entre rosiers et légumes. à chacun son RoseBud. Un congé sabbatique plus tard, il crée la Brouette. La vie et ses détours.

« Proposer des aliments simples du quotidien que les gens puissent manger facilement, avec plaisir et en se faisant du bien »

La Brouette – Une Technique au service du Goût

La Brouette est née d’une envie : proposer des aliments simples du quotidien que les gens puissent manger facilement, avec plaisir et en se faisant du bien. Une époque de prise de conscience que chacun doit réduire sa consommation de protéines animales, pour sa santé et pour l’environnement, le légume s’est rapidement imposée à Alexandre Japy. Au diable les mauvais souvenirs de cantine, le végétal a désormais acquis

ses lettres de noblesse, que l’on soit omnivore, flexitarien ou vegan. La Brouette, c’est aussi un fruit, celui d’une rencontre avec Bruno Goussault, ingénieur en chef au Centre de Recherche et d’Etudes pour l’Alimentation (CREA,www.lecrea.com). Depuis 35 ans, celui-ci a formé la quasi totalité des chefs multi étoilés aux techniques qu’il a développées, en toute indépendance et en toute liberté. Alexandre Japy lui a proposé de l’aider dans sa démarche, à la recherche du vrai goût du légume. « C’est un obsédé de la cuisson parfaite. Devant son scepticisme, je lui ai promis que si le goût était époustouflant, je ne toucherais rien à son procédé ». Chose promise. La technique de cuisson élaborée avec l’homme de l’art reste secrète. Seul le résultat compte.

Les légumes de la Brouette sont à 90 % issus des terroirs français. Un choix évident pour Alexandre Japy. Le bio en est un autre mais face aux faibles volumes de cette filière, cela n’est pas toujours possible. En revanche, on ne transige pas avec les additifs, colorants et autres conservateurs, ne cherchez pas, il n’y en a pas. Avec tout cela, la Brouette élabore des recettes de légumes préparés, pour deux personnes, présentés dans d’élégants sachets que l’on peut conserver plusieurs semaines au réfrigérateur. « On a beaucoup travaillé pour mettre au point notre technique. On cuisine comme les grands chefs, portion par portion, et la bonne mesure c’est pour deux ». On réchauffe dans une casserole (on fait bouillir de l’eau, on coupe le feu et on plonge les sachets fermés) ou dans une poêle (le micro onde est toléré). Pas besoin de cuire, c’est déjà fait, en quelques minutes, c’est prêt. Juste approvisionnement, juste cuisson, juste température, c’est la recette simplissime de la Brouette, et pourtant totalement inédite dans l’univers des plats préparés.

« On ne transige pas avec les additifs, colorants et autres conservateurs, ne cherchez pas, il n’y en a pas »

Les Légumes n’ont jamais été aussi gourmands

Sans vanité mais sans fausse modestie, la Brouette ne craint pas de s’engager, ni sur la qualité ni sur le plaisir. Et pour cause, en dehors de la technique de fabrication, elle n’a rien à cacher. La Brouette, ce sont des ingrédients bons et sains, rien que l’on ne puisse trouver dans une cuisine familiale ou dans le garde-manger d’un restaurant digne de ce nom. Des légumes, du poivre, du sel, des aromates, de l’huile d’olive, du beurre, le tout bien cuisiné, avec le même soin et la même exigence que les grands chefs étoilés. Le désir de légume s’est parfois estompé chez nos contemporains.

Le rythme effréné de la vie moderne empêche souvent de prendre le temps de faire le marché, de cuisiner. On fait des choix dictés par son portefeuille, vers ce que l’on croit être le moins cher. Pause. On cesse de se perdre en questions existentielles, la Brouette vous tend ses deux bras et s’occupe de tout. Pour un prix équivalent à certains menus vite faits, vite mangés, mais aussi vite oubliés. Alors que le vrai goût de la carotte, du céleri ou du fenouil, croyez le, il reste longtemps en mémoire. C’est la Brouette qui vous le dit.
La Brouette, ce sont aujourd’hui 14 recettes de légumes préparés, dont 7 disponibles en permanence selon les saisons. Chaque mois, une recette arrive tandis qu’une autre s’en va. Le pack pour deux personnes. 7.50 €

« La Brouette, ce sont aujourd’hui 14 recettes de légumes préparés, dont 7 disponibles en permanence selon les saisons. »